La voie de l\'excellence / Français Second Cycle

La voie de l\'excellence / Français Second Cycle

Sciences et Littérature

SCIENCES ET LITTERATURE  

INTRODUCTION

De tout temps, Littérature et Sciences ont connu des divergences quant à leurs implications respectives dans le développement harmonieux du monde. Qu’est-ce que la Science face à la Littérature ? La Littérature a-t-elle sa place dans un monde soucieux de progrès et de confort ? Peut-elle se défendre face à une Science qui par ses résultats concrets a fini de convaincre plus d’un de ses capacités à développer le monde ? N’est-elle pas vain bavardage dans un monde aux prises avec des problèmes d’ordre matériel ? Quelles places pour les Sciences et les Lettres dans notre monde ?

 

I – L’UTILITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE

La Science est un processus ininterrompu de découvertes, représentant un ensemble de procédures continues, composées de l’observation des faits, de la formulation et de la vérification d’hypothèses, et de la synthèse d’informations, en vue de mieux comprendre le monde. En effet, contrairement à l’œuvre littéraire, les intuitions, les axiomes et les principes dans le domaine des Sciences, pour devenir incontestables et être transformés en applications pratiques, doivent subir l’épreuve de vérité qui fera d’eux des lois.

Dans le même sens, la Technologie faisant référence à une habileté, exige à la fois un savoir-faire et une démarche logique, conditions nécessaires à la conception dans la perspective de la production d’objets matériels. Alliant la disponibilité des ressources humaines et matérielles, la  Technologie repousse chaque jour les limites des capacités humaines en ce qu’elle est aussi un art de créer les outils pour prolonger, augmenter, renforcer et décupler les capacités de l’homme : la vapeur pour le muscle, la roue pour la jambe, le téléphone pour l’ouïe, le disque dur et l’intelligence artificielle pour le cerveau.

Cela explique la mise à contribution des Sciences et de la Technologie à la résolution des grands problèmes de l’humanité et de la planète, sur des questions aussi  importantes que celles de l’éducation, de la santé publique, la pollution, la désertification, la détérioration de l’environnement, la pauvreté chronique, la famine, le terrorisme, la menace nucléaire, etc.

D’ailleurs, grâce aux possibilités offertes par les Technologies de l’Information et de la Communication, le monde dans lequel nous vivons est devenu virtuellement petit, au point que l’on parle de village planétaire. Les Sciences et les Techniques rendent encore plus sensible notre interdépendance et mettent en relief notre sentiment de partager un destin commun. Elles ont donc fait avancer l’humanité d’un pas de géant et fortement contribué, par leurs découvertes et leurs avancées, à une forte émancipation de celle-ci.

 

II – LE BONHEUR DE L’HOMME ENTRE SCIENCES ET LITTERATURE

Le bonheur auquel les sociétés humaines aspirent, pour qu’il soit durable, requiert un certain nombre de règles et de comportements, qui leur dictent des conduites et des actions, compatibles avec une vie permanente et authentique sur cette terre. Dans un tel contexte, l’on peut naturellement soutenir que les Sciences et la Technologie ont mené l’homme vers l’abondance et le confort. Mais, ont-elles toujours fait le bonheur de l’Homme ?

A la lumière des nombreuses réalisations opérées par les Sciences et la Technologie, depuis des siècles, il est incontestable qu’elles ont été d’un apport non négligeable dans le développement de notre monde. Elles ont donné à l’Homme les moyens de son émancipation et l’ont définitivement imposé comme maître de toutes les autres espèces (animales, végétales ou aquatiques). Mais, ne sommes-nous pas entrain de nous diriger vers une impasse, voire une catastrophe ?

En effet, depuis quelques décennies, les communautés humaines sont entrain de prendre conscience des limites des ressources de la planète et des graves blessures infligées au milieu naturel. L’évolution des Sciences et de la Technologie fragilise dans un certain sens le bonheur durable de l’homme, et c’est pourquoi, elles sont aujourd’hui l’objet d’une certaine contestation dont il faut tenir compte. En outre, la demande constante de puissance, de vitesse et de confort, exigée par les hommes modernes conduit à une exploitation déraisonnable de nos ressources forestières, énergétiques, halieutiques, etc. Ces observations ont amené certaines personnes à se demander si l’homo sapiens ne serait-il pas alors le principal artisan de sa propre disparition.

La Science et la Technologie seraient-elles un bug de la Nature, dont l’action bouleverse au quotidien l’équilibre de l’écosystème au risque de mettre en péril l’évolution des espèces sur Terre ?

La réponse à cette question est assurément “Oui“. La Science et la Technologie constituent une menace au bonheur durable de l’Homme. Et dans une telle situation, le recours à la Littérature pourrait se révéler être une voie de salut pour l’humanité, car de l’avis de Pierre Henri Simon, « La littérature ne se sépare pas de la vie, (…) elle est la vie prenant conscience d’elle-même à un degré d’intensité et d’individualité de la sensation et du sentiment. »

Définie comme l’expression authentique de la sensibilité ou de la sagesse d’un homme, la littérature, issue d’une union originelle entre la réalité, le langage et l’imagination, va servir à conter, à mettre en scène, à émouvoir, à combattre l’injustice, à lutter contre l’oubli, à instruire, à divertir et à préfigurer l’avenir. Ainsi donc, même si chaque génération d’écrivains, a cherché, d’une façon ou d’une autre, en rapport avec les réalités de son époque, à répondre aux exigences de l’art, nombre d’entre ces écrivains ont mis leur plume au service de la résolution des problèmes de leur temps. C’est d’ailleurs à juste titre que Paul Eluard considère la littérature comme un objet de langage dont « les mots disent le monde et (…) l’homme (…) et participent tous à l’élaboration de vérité. » 

L’œuvre littéraire nous conduit à la rencontre de l’humain, à ce rendez-vous qui nous donne une meilleure connaissance de nous-mêmes et du monde, car de l’avis de l’écrivain Tchèque Milan Kundera « Dans la vie, l’homme est continuellement coupé de son propre passé et de celui de l’humanité. Le roman, [la Littérature en général], permet de soigner cette blessure. »

 

III – L’IMPORTANCE DE LA LITTERATURE FACE AUX SCIENCES

Face aux menaces qui pèsent sur la survie de l’espèce humaine, la Littérature est non seulement une source de motivation mais aussi une muraille de protection pour éviter de laisser l’Homme à la merci d’une Science et d’une Technologie irréfléchies et par conséquent dévastatrices. Même si la radioactivité a permis la mise en place de puissantes applications en médicine et en Agriculture, son volet terrifiant, caractérisé par la bombe atomique et la centrale nucléaire avec ses rayonnements et son cortège de déchets toxiques, confirme l’affirmation de François Rabelais, dans la fameuse lettre de Gargantua à Pantagruel, « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Le propre de la Littérature doit être de ne jamais renoncer à tendre  vers une société meilleure. Une telle ambition devrait être la réponse des Hommes de Lettres, pour empêcher que l’évolution de la Science et de la Technologie mette en danger la survie de l’espèce de l’espèce humaine. En effet, la société serait grippée dans son évolution et perdrait toute logique humaine si l’efficacité et le dynamisme de la Science ne sont pas en harmonie avec la solidarité et la tolérance. L’avion, l’une des plus belles inventions de l’homme, a été utilisé par le terrorisme pour mettre en péril le monde libre. Ceci justifie les cris de détresse de Paul Valéry lorsqu’il soulignait au sortir de la guerre « Nous autres civilisation, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. »  

Dans un tel contexte, la littérature est interpelée afin qu’elle joue son rôle d’avant-garde et de trait d’union entre l’évolution scientifique et les besoins d’équilibre et d’harmonie de l’humanité. Elle doit baliser la voie pour la convergence des esprits vers le confort moral et matériel de l’homme et se transformer, chaque fois qu’une crise a fini de bouleverser la conscience universelle, en une gigantesque source de motivation. D’ailleurs, Antoine Vitez ne disait-il pas que  « [La littérature] est un champ de forces très petit mais où se joue toute l’histoire de la société et qui malgré son exiguïté sert de modèle à la vie des gens. »

 

IV – FONCTIONS DE LA LITTERATURE : (Voir fiche Schéma dynamique des fonctions de la Littérature)

 

CONCLUSION

Bien que sur plusieurs points Sciences et Littérature s’opposent, l’ont peut tout de même accepter l’idée selon laquelle ces deux domaines de la connaissance sont complémentaires et participent tous à l’épanouissement de l’Homme. A coté du le confort matériel qu’apportent les Sciences, on retrouve le confort moral que la Littérature offre à l’homme. C’est là une preuve éclatante de leur contribution effective au bien être de l’humanité.



09/11/2010

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres